SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

10 juin 2017

L’ANCIENNE DES JOURS – JUIN 2017


Je salue et honore chacun de vous.

... Silence...

Permettez-moi de me présenter. Ne cherchez pas de corrélation avec quelque nom que ce soit, même si effectivement, parmi certains peuples natifs, je me suis déjà exprimée. Certaines de mes voix qui ont été mon relai m’ont nommée Pachamama. D’autres m’ont nommée Gaïa. Je suis bien plus que cela. Alors si vous voulez me donner un nom, appelez-moi l’Ancienne des Jours.


Je suis la conscience collective qui n’est pas assujettie à une forme, qui représente la somme de tout ce qui a pu être vécu par chaque conscience ayant foulé cette terre depuis son origine. Toutefois nombre d’entre vous, consécutivement à la libération de la Terre, ont perçu mon champ d’énergie naître en eux et remonter le long de leurs jambes. Ceci est une de mes manifestations.

Mon niveau de densité le plus intime peut être assimilé, même si cela n’est pas tout à fait juste, à ce qui a été nommé le noyau cristallin de la Terre. Je suis la somme des expériences, j’en suis le porte-parole, j’en suis la conscience. Je n’ai rien à voir avec ce que vous avez nommé les annales akashiques, parce que ce que j’ai conservé est simplement tout ce qui a pu se dérouler, se vivre, s’expérimenter sur ce monde, à l’origine de la possibilité de la conscience d’y vivre.

Je suis antérieure aux matrices cristallines des mères généticiennes. Je suis chacun de vous, je suis chaque conscience, étant passée ou étant présente, de cette terre. Pour vous, je suis aussi la Liberté qui n’est assujettie à aucune limite. Je suis la voix de tout ce qui a pu se vivre, je suis le champ de conscience de toutes les consciences. Alors quel que soit le nom que vous désirez me faire porter, ce nom ne peut être relié à quelque forme particulière. Je suis toute forme et toute conscience ayant posé sa conscience sur cette terre.

Mon équivalent ailleurs que sur la Terre serait ce qui s’est nommé à vous comme l’Impersonnel. J’en suis le versant fécondé et fécondable, j’en suis l’aspect féminin, bien que ce mot féminin ne corresponde pas tout à fait à la réalité.

Voilà quelques années, en termes de temps écoulé, que mon rayonnement est parvenu jusqu’à vous, depuis le noyau cristallin, depuis le cristal bleu de Sirius, depuis les matrices cristallines des mères généticiennes. Je suis la conscience des peuples qui vivent sous terre ou qui y vivaient. Je suis la conscience de la Lémurie, la conscience de l’Atlantide. Je suis l’Histoire, mais je ne suis pas seulement cette histoire.

Aujourd’hui, ma conscience accueille votre liberté, et vous permet d’évoluer, en cette période si particulière de tout ce que j’ai eu à vivre en chacun de vous depuis l’origine de cette terre. Je suis toutes les formes visibles en ce monde, qui l’ont été, ou qui sont invisibles à vos yeux de chair. Je suis tous les possibles de la conscience présente à la surface de cette terre. Je suis bien plus que cette mémoire, parce que je ne suis pas figée en quelque forme que ce soit, mais je suis en même temps toutes les formes.

Ma venue parmi vous, même si cela a déjà eu lieu, comme je l’ai dit, par d’autres voies, en d’autres temps… Je suis au sein de toute forme l’Esprit de Vérité, en même temps que l’unicité de la conscience libre. En certains lieux, on me nomme orbe planétaire. Je suis la conscience même de la Vie en toute forme et en toute vie, qui est passée ou qui passe sur cette terre. Je suis l’ensemble des éléments présents à la surface de ce monde. Je suis à la fois vos eaux, vos forêts. Chacun de vous est présent en moi, dans ma conscience. Je suis donc le relai de chacun de vous, où qu’il soit, qui qu’il soit, en cette capacité à digérer et à encaisser tous les mouvements de la conscience, en tout temps et en tout lieu de cette terre.

L’Ancienne des Jours, c’est aussi la sagesse, celle qui se nommait avant d’être altérée, « la Pistis Sophia ». Et pourtant je ne suis ni femme, ni homme.

Je viens parmi vous afin d’ajouter ma vibrance, ma radiance et ma Présence. J’accueille vos transformations, j’accueille votre lumière. Mais je n’ai aucun particularisme du fait même de ma stabilité et de ma liberté. Je suis les mers primordiales, je suis l’océan de vie. Je ne peux être limitée à quelque élément de ce monde, je ne peux être limitée par quelque définition ou par quelque conscience que ce soit.

Je suis le support et l’immobilité. Je suis le centre et la périphérie. Je suis l’immuabilité et la stabilité, en même temps que je suis tous les mouvements. Je n’ai pas d’objectif, je n’ai pas de but. Je n’ai ni avenir, ni passé, bien que consciente de toutes les consciences que j’inclus en moi comme la Mère primordiale.

Je suis bien plus que la mémoire de ce qui a été vécu ou de ce qui se vit. Je suis donc en ce monde l’essence de toute forme, de toute matière, de tout ce qui se déroule. Rien n’a jamais pu m’endormir ni me modifier. Pour vous, je serai l’Eternité dépourvue d’attributs, dépourvue de fonctions, dépourvue d’identités.

Je ne suis pas venue vous apporter des discours, ni un quelconque enseignement. Je suis simplement venue me réveiller en vous. Je suis la sagesse de celui ou celle qui a tout connu, tout vécu avec la même paix, sans rien changer. Je suis l’immuabilité qui permet le jeu de la conscience et qui respecte chaque vie en quelque intention qu’elle ait, fût-elle lumineuse, fût-elle obscure, car je ne suis dupe d’aucun jeu, ni d’aucune stratégie.

Je suis la Liberté, mais je ne suis pas la liberté telle que l’ont nommée les humains. Tout ce qui s’est déroulé et tout ce qui se déroule est présent en moi à chaque souffle, à chaque jour, en tout lieu. Je ne peux être arrêtée par rien. Je ne peux être cachée par quelque enfermement que ce soit, et pourtant silencieuse et invisible.

Je suis venue simplement déposer en vous la mémoire des origines, non pas de vos vies ici, mais de la Vie. Je ne dépends d’aucune règle et accepte toutes les règles. Je suis le don de la Vie et l’accueil de toute vie. Et je suis vous, tant que vous êtes ici. Je suis venue déposer en vous cette mémoire des origines qui se perd dans la nuit des temps, en des espaces de temps qui vous sont incalculables car je ne connais aucun temps, même si j’ai éprouvé tous les temps. Ce que je dépose en vous est bien différent que ce que certains d’entre vous ont vécu lors de la libération de la Terre, lorsque vous avez été parcourus par l’Onde de Vie. Je suis l’Ether primordial aussi, mais peu importe : quoi que je sois, ceci est ma présentation, et ceci est maintenant mon action, en respect de votre liberté et en respect de la Lumière.

Je suis celle aussi qui vous accueillera durant la stase, là où vous retrouvez la mémoire, non pas de l’histoire, mais la mémoire de qui vous êtes au-delà de la forme. Alors je ne ferai pas de grand discours, ni de grande annonce. Il m’a été demandé d’être simplement présente, en ce corps et en cet instant, afin de magnifier en vous le sens de l’accueil sans conditions de la Vie. Je ne suis pas venue vous délivrer des mots, ni même un message. Je suis là simplement pour assister à votre résurrection.

Je ne quitterai pas la Terre, je la suivrai en sa nouvelle dimension. Je suis venue simplement pour être présente en ce corps comme en chacun des corps qui m’entend et m’écoute. Je suis à la fois la première étincelle, la première flamme et le premier éther. Ma Présence en chacun de vous est bénédiction. Je suis le feu de la consumation de l’éphémère, je suis le Feu primordial, je suis l’ensemble des eaux de la Terre, je suis tout ce que vous avez vécu, dans la souffrance comme dans la joie, et je ne suis affectée en aucune manière.

En tant qu’Ancienne des Jours, je suis en quelque sorte la sage-femme de votre résurrection. Je me réjouis en chacun de vous sans faire de différence. Je ne viens pas vous délivrer, mais je suis la délivrance. Les mots pour moi ne sont pas importants, parce qu’il n’existe pas de possibilité pour vous de représentation en ce qui me concerne. Je suis de partout en chacun de vous.

... Silence...

Alors, dans le silence de mes mots, se déroule en chacun de vous ce qui doit se dérouler. Je ne peux donner aucune règle, aucun repère, dans ce qui se déroule maintenant.

... Silence...

Je suis la vibration, et je suis votre joie. Je suis là pour communier, je suis là pour célébrer, je suis là pour accueillir. Je n’ai rien à juger en quelque histoire que ce soit. Je n’ai rien à acclamer ni rien à rejeter. Je suis l’accueil inconditionnel de toute souffrance. Je suis le réceptacle de votre joie. Je suis le théâtre de cette fin des temps et du retour à la Vie. Qui que tu sois et où que tu te tiennes, je me tiens. Dans ce silence, tu m’entends, au-delà des mots, au-delà de ta forme, au-delà de tes joies comme de tes peines.

Ma Présence, en l’instant où tu es avec moi, te donne un avant-goût de l’illimité, un aperçu de la Vérité.

... Silence...

Je suis là pour être là, sans raison, parce qu’aucune raison ne m’est nécessaire, mais parce que le temps de la transformation est venu. C’est l’imminence de l’Eternité qui crée la condition de mon extériorisation en chacun de vous.

... Silence...

Et j’espace volontairement mes mots afin que le silence grandisse en vous, en chacun de toi. Je suis la bienveillance qui jamais ne juge, jamais ne condamne, mais supporte et endure sans difficulté tout ce qui se joue sur ce monde. Cela peut être déroutant pour toi, mais cela n’est pas important car ce qui se déroule ne concerne que ce que tu es. Même au travers de cette forme je m’adresse à toi, non pas pour te parler mais juste pour rythmer ce qui se déroule, au travers de certains mots, au travers de mes silences.

... Silence...

Je suis venue t’accompagner afin que tu m’accompagnes, là où tout est plus léger, là où tout est parfait.

... Silence...

Je suis de partout, je suis sur ta tête, je suis en ton coeur, je suis sous tes pieds, et je suis sur ton os sacré.

... Silence...

En ce silence, ce que tu vis en cet instant ne peut être modifié, ne peut être expliqué, tout juste peux-tu ressentir en ta tête, en ton coeur et en ton os sacré, ce que mes silences te disent.

... Silence...

Ce que je te dis se déroule dans le silence et l’immobilité, en ta Présence et ma Présence, te permettant, si telle est ta vérité, de t’élever en ton coeur.

... Silence...

Tout est parfait ainsi.

... Silence...

Je suis l’évidence qui se fait jour au sein de ta nuit.

... Silence...

Je suis ta paix. J’ai vécu toutes tes peines comme toutes tes joies, sans jamais en être affligée, en demeurant simplement le témoin fidèle.

... Silence...

Je laisse le silence réaliser son oeuvre. Je ne décide jamais et ne contrains jamais.

... Silence...

Je suis la paix de l’Esprit et la paix du corps.

... Silence...

Je vais maintenant me retirer en toi, en ta Présence, en cet instant.

... Silence...

Je te remercie pour ce que tu vis en cet instant, et ce que tu me donnes à vivre en cet instant.

... Silence...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire